France - mon amour

5
(109)

Les Français attachent de l'importance aux choses importantes de la vie - à savoir être français. Ils sont convaincus de leur supériorité collective et individuelle sur tous les autres. Leur charme réside dans le fait qu'ils ne méprisent pas le reste d'entre nous : Ils nous plaignent de ne pas être français [Michel Syrett].

Cela ne semble pas très prometteur pour un hommage à mon pays de voyage préféré, la France. Mais ne vous inquiétez pas... les Français sont des gens très, très attachants !

EU, France

Ma relation personnelle avec la France, ou plutôt avec les Français, a commencé dès mes années d'école. La Haute-Souabe était une zone d'occupation française après la Seconde Guerre mondiale. Et en face de la maison de mes parents à Weingarten, une partie de la caserne française locale était délocalisée. C'est là qu'étaient effectués les travaux artisanaux nécessaires : Cordonnerie, blanchisserie et garage automobile. Tout cela était très intéressant pour moi. Et une fois que les contacts avec les soldats étaient établis, j'avais le droit de pénétrer dans l'enceinte de la caserne, je connaissais les recoins. Toujours en cachette, car il était strictement interdit aux civils de pénétrer dans la caserne. Et si "le Commandant" venait à l'improviste pour un contrôle, je devais rapidement me cacher dans l'enceinte. Quelle aventure ! Et il y avait toujours pour moi du chocolat noir épais ou de la baguette fraîche à ramener à la maison. Mais il est possible que les jeunes soldats auraient été plus intéressés par le contact avec ma sœur aînée !

Markttag in Brantôme en Périgord
Jour de marché à Brantôme en Périgord

L'un des tout premiers jumelages entre l'Allemagne et la France a été conclu entre Weingarten en Haute-Souabe et Bron près de Lyon. J'ai pu y participer pour la première fois à la fin des années 60. J'avais déjà appris un peu de français à l'école. Mais mon élève d'échange n'était pas du tout intéressé par l'apprentissage de l'allemand, si bien que pendant la période où "les Français" étaient chez nous à Weingarten et que j'étais ensuite en France, je devais principalement parler français. Cela m'a énormément fait progresser sur le plan linguistique.

Ma famille d'échange vivait dans un logement social typiquement français. Deux adultes et trois enfants dans un appartement de trois pièces dans un immeuble en préfabriqué. Pendant mon séjour, j'ai dû occuper seule la chambre des enfants, la famille a vécu pendant ce temps tous ensemble dans la chambre des parents. Le père de famille a pris des vacances pendant les deux semaines de mon séjour pour être toujours là "pour l'Allemand". Chapeau, Monsieur Soulier ! Merci à tous !

J'ai été invité trois fois par la famille et ensuite encore plusieurs fois en France avec l'"Office franco-allemand pour la jeunesse".

Carcassonne
Carcassonne

Les Bretons sont différents des habitants du Périgord, les Corses sont différents des Alsaciens. Alors que les Bretons ont plutôt la réputation d'être terre à terre et bourrus, les habitants de la Provence et de la Côte d'Azur sont plutôt joyeux et méditerranéens. Et les Français du Sud, dans le "Midi", seraient plutôt des "filous", des coquins.

Il existe une belle histoire à ce sujet, celle d'un coureur cycliste et vainqueur d'une étape du Tour de France qui entendait régulièrement dire que les Français du Sud étaient des escrocs. Il a voulu en avoir le cœur net et s'est engagé dans une écurie cycliste du sud de la France. Et il a constaté que les préjugés étaient fondés !

Côte d’Azur
Côte d’Azur

Il s'agit bien sûr de préjugés et de considérations superficielles, mais il y a généralement une part de vérité dans les préjugés (la plupart des casses de camping-cars auraient lieu au sud de Lyon).

Bordeaux
Bordeaux

J'aime l'anarchie des Français. L'anarchie est au volant et le vrai caractère des Français se révèle. Le code de la route est considéré par les Français comme une proposition intéressante que l'on pourrait prendre en compte si l'on n'avait pas des choses bien plus importantes en tête. Chaque "feu rouge" est un défi, une provocation. Ils perçoivent chaque stop, chaque carrefour et chaque rond-point comme une atteinte à leur liberté individuelle. Sauf aux passages piétons. Ici, le piéton a la priorité absolue. Tout le monde s'arrête pour qu'il puisse traverser la route. Pour sa propre sécurité, le piéton devrait toutefois s'assurer que tout le monde respecte cette règle !

La scène est légendaire : en 1984, le correspondant de l'ARD Ulrich Wickert se jette dans la circulation parisienne. Sans regarder, il traverse à pied la "Place de la Concorde" - sans dommage, car les automobilistes français, malgré leur mauvaise réputation, sont certes rapides, mais généralement prévenants. Bien se croiser est plus important que de s'entêter à respecter le code de la route. En mettant son clignotant et en conduisant, on trouve généralement une ouverture.

Personne (à l'exception des touristes) ne s'offusque de voir des personnes, surtout âgées, rouler à 40 km/h dans les zones rurales, généralement au volant d'une vieille Renault R4 ou d'un canard, pour se rendre au supermarché le plus proche et y faire leurs courses. Ils traînent certes une file de voitures derrière eux, mais c'est toléré, car tout le monde sait qu'il n'y a plus de possibilité d'achat dans le village. Pas de klaxon, pas de dépassement sauvage - on est serein !

Au moins 600.000 automobilistes français rouleraient d'ailleurs sans permis de conduire valable. Et il s'agit là d'une estimation prudente. A cela s'ajouteraient 700.000 voitures sans assurance.

Celui qui a fait l'une des plus grandes révolutions doit être anarchiste dans l'âme. Mais toute l'Europe a profité de cette révolution, malheureusement pas très pacifique, et aujourd'hui encore, le Français a sa relation particulière avec l'État - il ne l'aime pas. Les règlements et les brimades sont mal vus. Tout le monde connaît les protestations et les grèves conséquentes des Français, notamment celles des paysans et des "gilets jaunes". Même lorsque les citadins écument de rage au volant de leur Peugeot ou de leur Renault parce qu'ils sont pris dans un embouteillage provoqué une fois de plus par une grève de la Confédération paysanne ou des syndicats (avec des barricades de vieux tracteurs ou des poubelles en feu), ils éprouvent une grande sympathie et un attachement viscéral pour les grévistes, parmi lesquels pourrait bien se trouver un de leurs proches.

Sarlat
Sarlat

Il y a quelques années, je suis allé à Biarritz en camping-car. Il y avait quelques camping-cars sur le front de mer, mais le stationnement était interdit. En tant qu'Allemand docile, je me suis rendu au camping, mais le lendemain matin, les campeurs français étaient toujours là comme la veille au soir. "Ils ont bien passé la nuit ici". J'ai demandé à un Français si l'on avait le droit de rester ici malgré l'interdiction. Il m'a répondu avec malice : "Ça fait quatre semaines que je suis là" !

Paris - Clochard
Paris – Clochard

La France est un merveilleux pays de voyage pour les camping-caristes. Nulle part ailleurs en Europe, la densité de campings et d'emplacements n'est aussi élevée que chez nos voisins, on trouve donc (généralement) toujours un bel endroit pour passer la nuit. Presque toutes les grandes villes proposent un emplacement pour camping-cars. Pas toujours parfait, mais généralement utilisable. Parfois avec possibilité d'approvisionnement et d'évacuation, parfois avec, parfois sans évacuation des déchets. Et souvent même gratuitement.

Mais malheureusement, de nombreux emplacements sont à nouveau complètement fermés par les communes ou soumis à des restrictions de hauteur, parce que certains camping-caristes ne savent pas se comporter ou que le nombre de véhicules devient trop important. Et de plus en plus souvent, l'utilisation est interdite aux VAN non autonomes (donc sans toilettes à bord). À juste titre ! Et s'il n'y a pas de parking officiel, personne ne s'oppose en général en France à ce que l'on trouve discrètement un petit coin pour la nuit derrière la salle communale, le terrain de sport ou le cimetière. Mais sans laisser de traces, s'il vous plaît ! Et surtout pas en meute !

Pyrenäen - Pic du Midi
Pyrénées - Pic du Midi

Seuls les meilleurs parmi les témoignages exceptionnels de l'histoire de l'humanité et de la nature peuvent porter le titre de patrimoine mondial de l'UNESCO. Et 52 des meilleurs se trouvent en France (et autant en Allemagne).

Schlösser an der Loire - Chambord
Châteaux de la Loire - Chambord

Parmi eux, le Mont-Saint-Michel et sa baie, le château et le parc de Versailles, la grotte de Lascaux, les monuments romains et romans d'Arles, l'aqueduc du Pont du Gard, les quais de la Seine à Paris, le vignoble de Saint-Émilion, la vallée de la Loire ou les régions minières du Nord-Pas-de-Calais. Et bien d'autres encore.

Normandie – Le Mont-Saint-Michel

Mais ce ne sont pas seulement ces sites remarquables qui font de la France une destination intéressante. Pour moi, ce sont plutôt les nombreuses petites villes et villages, les allées et les petites rivières qui valent la peine d'être vus et aimés. Ou encore un lever de soleil sur une prairie verdoyante en Auvergne avec de jolies vaches ou un coucher de soleil d'un rouge profond sur l'Atlantique.

Normandie
Normandie
Bretagne
Bretagne
Bretagne - Pointe-du-Raz
Bretagne – Pointe-du-Raz

L'art culinaire français et le repas français font également partie du patrimoine culturel immatériel mondial de l'UNESCO depuis 2010. La manière française de manger, depuis le choix et l'achat de produits locaux jusqu'à la convivialité, en passant par la décoration de la table et l'accord des mets et des vins, a ainsi été jugée particulièrement digne d'être préservée. Pour les Français, cuisiner n'est pas seulement un métier, c'est un art.

Et plus important encore, les "conseils secrets" pour trouver le meilleur boucher ou le meilleur boulanger de la ville.

Ou la meilleure pâtisserie. On y trouve de délicieuses pâtisseries, des gâteaux ou des pralines à des prix exorbitants. Mais ils sont faits à la main avec beaucoup d'amour. Et ici, on prend de longues minutes pour mettre une petite "tarte aux cerises" ou un autre gâteau dans une boîte, la décorer d'un ruban et l'offrir au client comme un bébé qui vient de naître - même si la petite œuvre d'art cuite au four est déjà dévorée peu après avoir quitté la pâtisserie.

Sur le plan culinaire, ma relation avec la France est très ambivalente. On peut y faire d'excellents repas, à condition d'être prêt à payer un prix correspondant, mais généralement raisonnable. Et dans certains petits bars de village ou dans des relais routiers, on peut aussi avoir quelques surprises culinaires.

"Les Routiers" sont les restaurants des routiers. Généralement pas très beaux, mais fonctionnels. Lorsque, à l'heure du déjeuner, des camions et des véhicules d'artisans se garent devant un restaurant ou un bistrot, parfois au milieu de nulle part, ils proposent souvent un menu de midi savoureux et bon marché. Généralement trois plats, parfois un quart de vin et un espresso sont compris dans le prix. La nourriture est copieuse, ça va vite, on se connaît. Et parfois, des conversations intéressantes s'engagent, même si les sympathiques routiers ne sont généralement pas très bavards.

Et c'est ainsi que je me retrouve parfois à table avec des routiers très costauds, aucun des géants ne dit rien. Juste un petit "bonjour" et un "bon appétit". Un peu timidement, je m'assieds entre eux. En contact direct. En partant, je souhaite encore "Bonne route" à tout le monde, les têtes se lèvent, qui est le perturbateur qui vient troubler le calme !

D'un autre côté, la qualité des produits de boulangerie, notamment de la légendaire baguette française, est parfois déplorable. Cuites à partir d'une pâte uniforme préfabriquée, elles ont souvent un goût fade et sont en outre pâteuses et non croustillantes. Même celles du maître boulanger. Quelle honte !

Mais ... si je regarde la qualité de nos bretzels ou petits pains locaux : Dieu sait qu'elle n'est pas meilleure chez nous.

Et puis il y a le café. Dans ce domaine, les baristas italiens sont bien supérieurs aux baristas français.

Paris - Vogelmarkt
Paris - Marché aux oiseaux

Le terme français "savoir-vivre" signifie littéralement "savoir comment vivre". En français, "savoir-vivre" est exclusivement utilisé dans le sens de "bonne conduite" ou de "bonnes manières". En allemand, il est utilisé dans le sens de "savoir-vivre".

Chaque Français comprend à sa manière quelque chose du "savoir-vivre". En chaque Français, où qu'il vive, il y a un savoir-vivre. Ce n'est pas seulement une question de nourriture et de plaisir, c'est une question de solidarité et de communauté, et aussi un peu de sérénité.

Nizza
Nice

On peut presque mettre l'expression "laisser faire" dans le même sac que "savoir-vivre" lorsqu'il s'agit de qualités typiquement françaises. "Laisser faire" signifie tolérance, nonchalance, sérénité. Les Français aiment leur liberté et l'accordent à tout le monde. Chacun doit pouvoir vivre à sa guise, c'est l'essence même du "laisser faire". Les Français n'aiment pas être mis sous tutelle.

Mais au fond de leur cœur, les Français sont traditionalistes, surtout en province. Ils désapprouvent les changements de comportement. Tout doit être fait "comme il faut", une expression qui s'applique tout aussi bien à la manière de se marier, de se faire masser, d'adresser une enveloppe, de s'adresser à un professeur, de remplir un formulaire ou de gaver un canard. Il y a un ordre établi des choses, et cet ordre a été établi par les Français !

Brantôme en Périgord
Brantôme en Périgord

Les Français adorent le camping et les pique-niques. À l'heure du déjeuner, Madame déploie la nappe blanche sur la pelouse près de la route nationale très fréquentée. Monsieur sort du vin, de la baguette, du fromage et des fruits du coffre de la voiture. Puis toute la famille reste souvent des heures à manger et à raconter des histoires.

Dans presque tous les grands villages, il existait dans les années 50 et 60 un camping communal. Le "Camping Municipal". Il en existe encore plus de 2000 aujourd'hui. La plupart du temps avec des installations sanitaires très simples, mais souvent moins chers que les emplacements pour camping-cars, généralement bondés. Il n'est en général pas possible d'y réserver, mais on y fait souvent de très belles rencontres avec les "simples" Français qui aiment passer leurs vacances sur ces terrains.

Cela vaut la peine de s'y asseoir et d'observer l'agitation. À midi, les épouses françaises préparent des menus à trois plats qu'elles servent à leurs maris sur de petites tables avec des serviettes en lin et des couverts polis, dans la chaleur torride. Le vin blanc est prêt dans la glacière, le vin rouge respire à "température ambiante" sous la tente. Tout est parfait - le pain, le fromage, la salade, la sauce. Monsieur apprécie, Madame est satisfaite. Juste après le repas, elle fait la vaisselle. Tout est à nouveau propre et en ordre avant de penser à d'autres activités. Au même moment, dans le reste du camping, les étrangers se prélassent au soleil et se goinfrent de nourriture achetée au supermarché.

Camargue
Camargue

Dans de nombreuses petites villes et villages que je traverse, je vois régulièrement sur la place du village des joueurs de pétanque s'installer l'après-midi. Des terrains, généralement sous des platanes ou à l'abri du soleil, en sable ou en gravier fin, pas toujours très beaux, mais régulièrement utilisés. Pendant des heures, les joueurs s'adonnent à leur loisir, avec plus ou moins de sérieux. Chacun veut que son équipe gagne, mais il n'y a pas d'affrontements sérieux ni même de disputes, même s'il faut parfois mesurer avec précision laquelle des boules en fer est la plus proche de la petite boule cible.

Et si j'ai de la chance, on m'invite parfois à participer au jeu, après avoir déterminé si je suis plutôt le joueur qui sait placer la bille avec précision ou si j'ai plutôt plus de facilité à faire partir la bille adverse. Car cela détermine l'ordre dans lequel j'interviens dans le jeu.

Arles
Arles

En France, les moments de bonheur sont nombreux pour moi. Ils m'ouvrent à la beauté du pays et à la magie de l'instant. Ils sont éparpillés comme des trésors précieux et se trouvent en fait partout. La lumière unique du "Midi" fait scintiller le paysage provençal et resplendir la mer de lavande. Le bourdonnement des abeilles se mêle au chant des cigales, tandis que le soleil se couche lentement derrière les collines pittoresques.

L'histoire continue de vivre dans les ruelles étroites des petits villages, tandis qu'une petite rivière passe tranquillement sous les vieux ponts.

Menton
Menton

Un moment particulier pour moi est celui où je déambule dans les ruelles étroites de Montmartre, où la chaude lumière du soleil traverse les feuilles des marronniers et baigne les rues d'une lumière dorée. L'odeur du pain et du café fraîchement sortis du four flotte dans l'air, tandis que les artistes installent leurs chevalets et fixent la magie de l'instant sur la toile. Ou lorsque je me tiens sur les falaises de Bretagne, que j'écoute le bruit des vagues, que je sens la brise marine salée et que la nostalgie me saisit.

Bretagne
Bretagne

Un plaisir simple comme la première bouchée d'une baguette fraîchement cuite, accompagnée d'un bon verre de Bordeaux, peut être un moment de pur bonheur. Ou le sentiment que j'éprouve en contemplant la beauté majestueuse de la cathédrale de Chartres, dont les tours gothiques s'élèvent vers le ciel et provoquent un moment de respect.

Que ce soit un pique-nique sur les bords de la Loire, entouré des majestueux châteaux de la région, ou une promenade dans les ruelles enchantées de Saint-Émilion, où flotte dans l'air un parfum de vin et d'histoire - en France, des moments de bonheur attendent à chaque coin de rue d'être découverts par ceux qui sont ouverts à la découverte de la beauté de la France sous toutes ses facettes.

Loire
Loire

Et bien sûr, s'attarder dans un café français. L'intérieur est souvent charmant et stylé, avec des petites tables à l'extérieur d'où l'on peut observer l'animation de la rue, ou des coins confortables à l'intérieur qui invitent à s'asseoir. C'est un endroit où l'on peut prendre le temps de savourer le moment présent sans être pressé, pour échapper à l'agitation de la ville et se plonger dans un monde de calme et de sérénité.

Gordes
Gordes
Lyon
Lyon

S'asseoir dans un café français est une bonne occasion d'observer l'activité de la ville et de regarder la vie passer. Je peux observer les locaux dans leurs activités quotidiennes, les commerçants qui se précipitent vers leurs boutiques, les couples qui discutent en amoureux. C'est un lieu de poésie, de mélancolie et de joie, un endroit où je peux oublier le monde pendant un moment et me consacrer entièrement au plaisir de l'instant.

Et de passer en revue, avec le recul, les expériences et les impressions vécues dans ce beau pays.

Paris
Paris

Le jour où la mort de Charles de Gaulle a été annoncée, on a demandé à l'acteur Noël Coward de quoi le bon général et Dieu pourraient bien parler. Coward répondit : "Cela dépendra de la qualité du français de Dieu".

Vous avez aimé mon récit de voyage ?

Clique sur les étoiles pour évaluer !