Route Nationale 7

Route Nationale 7 - Partie II

De Lyon à Menton

La Route Nationale 7 de Paris à Menton est une route et un voyage de nostalgie et d'imagination. Aujourd'hui, on pourrait se rendre rapidement et facilement dans le sud en empruntant les autoroutes A6, A7 et A8. Mais descendre la partie sud de la Route Nationale 7 le long du Rhône, c'est comme une Provence de carte postale avec des couleurs de lavande et le son des cigales. On traverse de vastes vignobles, des oliveraies touffues, des champs couverts de thym et des allées de platanes et de cyprès. 

Bien qu'elle soit depuis longtemps reléguée au rang de route secondaire, la N7 est toujours synonyme de vacances et de détente en France. Elle était également connue sous le nom de Route des vacances, Route bleue et, de manière sarcastique, pendant la ruée annuelle vers les plages de la Méditerranée, Route de la Mort. Et les Français sont convaincus que la Route Nationale 7 a une grande valeur patrimoniale, une route à deux voies de près de mille kilomètres qui s'étend de la capitale Paris aux eaux azur de la Côte d'Azur. Au siècle dernier, la N7 était encore le poumon de la France. Jour après jour, l'asphalte s'usait sous le poids des innombrables camions chargés de denrées alimentaires qui cahotaient du sud au nord et vice-versa. Mais une fois par an, la légendaire N7 se transformait en la route la plus heureuse du pays. Une chaussée que des millions de Français empruntaient en masse pour la première fois vers le sud grâce aux congés payés.

Pendant les chauds mois d'été, cette rue animée donnait vie à toutes les villes environnantes. Jusque dans les années 1970. L'âge d'or de la N7 s'est brutalement terminé avec la construction de la large autoroute. La route autrefois très fréquentée est tombée en désuétude et depuis, on ne peut que jeter un regard mélancolique sur son âge d'or. Mais c'est justement cette splendeur fanée qui en fait la route idéale pour revivre le bon vieux temps. Et pour ceux qui ont l'œil pour le romantisme de la décadence, la N7 est une attraction nostalgique. Et c'est justement cette splendeur fanée qui en fait encore l'un des itinéraires de caractère vers le sud de la France.

Lyon – Wandmalereien (Trompe L’Œil)
Lyon - Peintures murales (Trompe L'Œil)
Lyon - Vieux Lyon
Lyon – Vieux Lyon
Lyon – Docks 40
Lyon – Docks 40

En 1984, la Route Nationale 7 a officiellement disparu du centre-ville de Lyon. Après Lyon, même sur ma carte routière Michelin de 1970 (que j'ai achetée chez un antiquaire en Angleterre), l'ancien tracé de la N7 disparaît pendant quelques kilomètres et est presque introuvable. Ce n'est qu'à Feyzin, une jolie petite ville de la banlieue lyonnaise, que les panneaux indicateurs portent à nouveau la mention rouge "N7" et que la route mène tout droit vers le sud.

Fassadenwerbung bei Feyzin
Façade près de Feyzin

L'étroite route nationale à deux voies traverse un paysage étonnamment vallonné, alternant montées abruptes et descentes rapides. Et plus d'un deux-temps a certainement atteint ses limites techniques à l'époque. Le nombre de garages automobiles le long de la route se densifie ! Il y a même un ancien "garage Simca" sur le chemin.

Simca 1100
Simca 1100

La première vue sur Vienne s'offre à vous depuis une colline. La capitale de la province est située entre le Rhône et un paysage montagneux et escarpé. A partir d'ici, les monuments romains sont de plus en plus présents. La N7 était à l'origine la route romaine reliant la Gaule à Rome.

Le monument le plus remarquable de Vienne est le temple d'Auguste et de Livie, datant du 1er siècle avant Jésus-Christ. À l'ombre de celui-ci, je passe en revue le déroulement de mon voyage en buvant un verre de pastis : tout va bien ! Le monument se dresse au milieu d'une petite place du centre historique, entouré de petites terrasses de cafés et de restaurants. La France à l'état pur !

Tous les samedis matins, le centre-ville de Vienne accueille le deuxième plus grand marché de France. Sur une longueur de plus de 5 km, de nombreux produits de la région y sont proposés ! Un paradis pour les gourmands et les "collectionneurs" !

Vienne - Tempel des Augustus und der Livia
Vienne - Temple d'Auguste et de Livie

À Vienne, la route nationale descend jusqu'au Rhône et sépare la vieille ville du fleuve au courant rapide, mais elle bifurque à nouveau vers l'intérieur des terres après quelques kilomètres et poursuit sa route étroite, montagneuse et avec des virages en épingle à cheveux abrupts. Si l'on est pressé, il vaut mieux prendre l'autoroute A7.

Quelques kilomètres seulement après Vienne se trouve à Chonas-l'Amballan le légendaire Hôtel 500. Le "500" signifie : 500 kilomètres parcourus depuis Paris. Une étape sur la route nationale 7. Ce motel, réplique d'un motel américain des années 1950, a été ouvert en 1959. Situé à mi-chemin entre Paris et la Côte d'Azur, le motel, alors appelé "Km 500", propose des chambres spacieuses avec salles de bains complètes et un accès direct à la voiture. Jusqu'à aujourd'hui.

Chonas-l’Amballan - Hotel "km 500"
Chonas-l’Amballan – Hotel “km 500”

Peu avant Pont-de-l'Isère, quelques camions d'époque sont garés devant une aire de repos. Je vois régulièrement des voitures anciennes circuler sur la N7. Lesquelles et si elles ont un lien avec la route historique, je ne le sais pas. Des voitures anciennes méticuleusement restaurées. Souvent "dans le style", avec une valise en cuir sur le capot arrière et une casquette en cuir sur la tête du conducteur. Magnifique !

Je suis arrivé à Pont-de-l'Isère, au 45e degré de latitude de notre planète. Ça sent le sud ! Et l'accent des Français commence à changer. Je n'ai certainement pas l'accent chantant du Midi, mais on remarque déjà que l'accentuation des mots "Vin" ou "Pain" se transforme en "Veng" et "Peng". 

Pendant des années, la question de savoir où commence vraiment le "Midi", c'est-à-dire le sud de la France, a donné lieu aux discussions les plus vives. Aujourd'hui, la question est réglée. C'est ici, au 45e degré de latitude, à Pont-de-l'Isère, que se trouve la frontière imaginaire !

45. Breitengrad in Pont-de-l'Isère
45e parallèle à Pont-de-l'Isère

J'ai donc atteint le "Midi". Toute la région entre Vienne et Pont-de-l'Isère est connue pour ses riches vergers, notamment la production de pêches, d'abricots et de cerises. Et c'est ainsi que je roule pendant des heures à travers d'immenses vergers de pêchers, en écoutant sur ma clé USB des chansons françaises des années 60 et 70 : J'ai la belle vie !

J'arrive à Valence et sa banlieue. La N7 est désormais clairement indiquée partout, toujours en usage, très utilisée et très fréquentée. Valence, porte d'entrée du sud de la France et capitale de la Drôme, est une charmante ville de la vallée du Rhône. Un petit peu mondaine, sympathique, accueillante.

Valence était l'un de ces goulets d'étranglement sur la route des vacances. La traversée de la ville était pénible, car elle se faisait sur les axes principaux du centre-ville, au milieu d'une circulation dense. La N7 passait au milieu des boulevards et de l'étroite rue Victor Hugo.

Mais se promener dans le centre-ville et s'arrêter au marché local de la cathédrale est un vrai plaisir un samedi matin. Le marché local est comme un résumé d'une ville. Souvent positionné sur de petites places typiques. En me promenant parmi les innombrables stands, je tombe sur ses habitants, leurs sourires et la bonne humeur des commerçants.

Valence
Valence
Valence
Valence
Valence - Maison des têtes
Valence – Maison des Têtes

Au départ de Valence, la Nationale 7 nous plonge au cœur de la Provence. Il serait dommage de passer à côté, en roulant trop vite, des petits détails secondaires qui font le charme des villes et villages traversés. C'est comme voyager dans une machine à remonter le temps. À Livron-sur-Drôme, il vaut la peine de s'arrêter devant une fresque murale monumentale. Et à Loriol-sur-Drôme, les murs magnifiquement peints ne passent pas inaperçus.

Livron-sur-Drôme
Livron-sur-Drôme
Loriol-sur-Drôme
Loriol-sur-Drôme

Montélimar est devant moi. Une borne kilométrique de la taille d'un homme m'accueille déjà bien avant la jolie ville. Montélimar, le paradis du nougat, produit chaque année 3000 tonnes de cette délicatesse à base de sucre, de miel, d'amandes et d'œufs, un régal national. Sur des photos datant des années 60, lorsque les embouteillages encombraient le centre, on peut voir des vendeurs de nougat au bord de la route, qui vendaient cette friandise directement aux fenêtres des voitures.

Il y a beaucoup de circulation et la traversée de Montélimar est pénible. Mais à l'époque, il fallait parfois trois heures pour passer Montélimar. Et les automobilistes ne se plaignaient pas, car ils n'avaient pas d'autre alternative.

Montélimar
Montélimar
Montélimar - Nougat
Montélimar – Nougat

Dans le Palais du Bonbon et du Nougat, une partie de l'exposition est consacrée à la N7. C'est assez agréable à regarder ... mais dans l'ensemble, le prix d'entrée élevé ne vaut pas vraiment la peine (surtout pour les enfants).

Montélimar - Palais des Bonbons  du Nougat
Montélimar – Palais des Bonbons  du Nougat
Montélimar - Palais des Bonbons  du Nougat
Montélimar – Palais des Bonbons du Nougat
Montélimar - Palais des Bonbons  du Nougat
Montélimar – Palais des Bonbons du Nougat
Montélimar - Palais des Bonbons  du Nougat
Montélimar – Palais des Bonbons  du Nougat

À Piolenc, c'est la grande déception. Le "Musée Mémoire de la Nationale 7" est fermé. Tout simplement comme ça. Pour toujours ! Après avoir fermé ses portes jusqu'en mars 2022 en raison des restrictions imposées par le Corona, le musée n'a pas rouvert ses portes. L'ancien bâtiment a déjà fait l'objet d'importants travaux de rénovation et de modification, et seule la borne kilométrique surdimensionnée qui se trouvait à l'origine sur le toit du musée est encore visible au bord de la route. Je me réjouissais tellement de visiter cette collection unique, mais à cause de quelques semaines, j'ai malheureusement tout raté. "Quelle malchance" !

Musée Mémoire de la Nationale 7
Musée Mémoire de la Nationale 7 - © Provence.com
Musée Mémoire de la Nationale 7
Ancien musée Mémoire de la Nationale 7
Musée Mémoire de la Nationale 7
Ancien musée Mémoire de la Nationale 7

Orange possède deux édifices antiques remarquables qui remontent au premier siècle de notre ère et qui sont aujourd'hui classés au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le premier, l'arc de triomphe, je le contourne sur un rond-point juste à l'entrée de la ville. La N7 passe toujours au milieu de la ville. Le théâtre romain, construit sous le règne de l'empereur Auguste, est magnifiquement conservé et possède un mur de scène tout à fait étonnant avec une acoustique fantastique.

Orange - Triumphbogen
Orange - Arc de triomphe
Orange - Römisches Theater
Orange - Théâtre romain

D'ailleurs, le marché d'Orange est l'un des plus importants de tout le Vaucluse. Tous les jeudis, on peut y flâner devant les stands du marché dans une atmosphère typiquement provençale et acheter bien des délices.

Il fait chaud. Une chaleur indescriptible. Plus de 32° aujourd'hui, 30° hier et encore plus chaud les jours suivants. Et cela au début du mois de juin ! Mais cela me donne un sentiment authentique de la pénibilité du voyage vers le sud sur la N7 à l'époque. Dans les embouteillages par une telle chaleur ! Pas un souffle d'air, les enfants pleurnichent, "papa" est irritable et fatigué de conduire, "maman" apaise et essaie de faire régner la bonne humeur. Et la destination tant attendue, la mer, est encore à des heures de route. Avec difficulté, quelques camions sont dépassés sur la route généralement à deux voies et lorsque les manœuvres périlleuses sont heureusement surmontées, l'un des enfants doit aller d'urgence aux toilettes et "papa" peut à nouveau se ranger derrière les camions précédemment dépassés. Je commence par baisser la température de ma climatisation de quelques degrés, car ces spectacles me font beaucoup transpirer.

Fassade bei Mandragon
Façade chez Mandragon

De magnifiques maisons médiévales, des places et ruelles de rêve, un mur de fortification impressionnant, un pont de renommée mondiale et bien sûr le palais des papes, voilà Avignon, l'une des cinq plus grandes villes de Provence. Pendant près de soixante-dix ans, Avignon est devenue le siège des papes et donc la capitale de la chrétienté. Après que la résidence papale ait été déplacée pour la première fois au "Comtat Venaissin", en 1309, les papes se sont installés à Avignon. C'est grâce à la papauté qu'Avignon est si particulière aujourd'hui et possède des bâtiments incomparables. Il y a, bien sûr, le palais papal, l'une des cours les plus glamour de l'époque médiévale. Des églises gothiques, d'impressionnantes cardinalslivrées, des couvents et des tours ont été construits. Avec les papes sont venus les cardinaux, les clercs, les nobles, les marchands, les architectes, les sculpteurs, les artistes et les artisans et ont fait d'Avignon non seulement l'une des plus grandes villes d'Europe occidentale mais aussi un centre intellectuel, artistique et culturel du Moyen Âge. À cette époque, environ 30 000 personnes auraient vécu dans la ville provençale.

Le Palais des Papes, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, est un énorme bloc imposant dont les dimensions réelles ne se révèlent qu'en visitant l'intérieur. De l'extérieur, le plus grand bâtiment gothique de la ville ressemble à un château ou à une forteresse, tandis que l'intérieur de l'édifice évoque plutôt un château ou un monastère gothique médiéval. Il y a à l'intérieur de la citadelle une cour d'honneur, plusieurs cours intérieures, de grandes salles, des chapelles, des cloîtres et des salles d'apparat, dont environ 24 peuvent être visitées, parmi lesquelles les appartements privés du pape et quatre cathédrales gothiques.

Avignon
Avignon
Avignon – Palais des Papes
Avignon – Palais des Papes
Avignon – Palais des Papes
Avignon – Palais des Papes

A Avignon, on ne trouve plus la N7, la planification moderne du trafic a banni cette route. Reste à savoir si le nouveau tracé de la route est plus judicieux. Je trouve la signalisation peu claire et chaotique. Je me dirige donc tout simplement vers le sud-est, et effectivement, après quelques kilomètres, je retrouve la N7. J'ai de la chance !

Wandmalerei in Saint Andiol
Peinture murale à Saint Andiol

A Sénas, à la sortie du village, sur une place poussiéreuse, se trouve la petite église penchée "Notre Dame de Bon Voyage". Comme la chapelle de Fontenay sur Loing, elle doit offrir un lieu de recueillement aux automobilistes de passage. Soit juste avant d'arriver sur le lieu de vacances, soit avant de rentrer chez soi en direction de Lyon ou de Paris. Malheureusement, la chapelle est fermée. J'aurais aimé m'y attarder un moment, pour faire le point sur mon voyage jusqu'à présent ou pour méditer un peu. Pour s'arrêter un peu.

Sénas - Notre Dame de Bon Voyage
Sénas – “Notre Dame de Bon Voyage”
Route Nationale 7 bei Aix-en-Provence
Route nationale 7 près d'Aix-en-Provence

J'arrive à Aix-en-Provence, la ville aux quarante fontaines, je m'enroule autour de l'immense rond-point de la Rotonde et de sa fantastique fontaine, dans le parfum gourmand des calissons, la spécialité de la ville, confiseries allongées à base d'amandes et de fruits confits.

Aix est une ville très jeune. Environ un tiers des habitants étudient dans la célèbre université locale. Le centre est donc très animé : beaucoup de cyclistes, des mobylettes qui pétaradent bruyamment et des jeunes qui prennent des selfies devant la somptueuse Fontaine de la Rotonde, une gigantesque fontaine à plusieurs étages.

Aix-en-Provence
Aix-en-Provence

Après Aix-en-Provence, la N7 suit les collines de Provence. À travers des petites villes endormies, le long d'escarpements rocheux abrupts ou de charmants champs de lavande, l'ancien tracé de la Nationale 7 traverse un paysage étonnamment vallonné, presque montagneux.

J'écoute à nouveau mes chansons françaises apportées sur une clé USB. Gilbert Bécaud chante la rose offerte dans "L'important c'est la rose", Charles Trenet chante la beauté de la mer dans "La Mer", Alain Barrière languit son "Tu t'en vas" et Salvatore Adamo regarde la vieille femme nourrir les moineaux. "La vieille, l'idole et les oiseaux". Et je me sens "super bien" !

bei Aix-en-Provence
près d'Aix-en-Provence
Lavendelfeld bei Brignoles
Champ de lavande près de Brignoles
bei Aix-en-Provence
près d'Aix-en-Provence

La petite ville de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume possède le plus grand édifice gothique de Provence ! Construite entre 1295 et 1532, l'église n'a malheureusement jamais été achevée, le portail et le clocher n'ont jamais été construits. Néanmoins, l'édifice est très imposant et mérite d'être vu.

Saint-Maximin-la-Sainte-Baume
Saint-Maximin-la-Sainte-Baume
Saint-Maximin-la-Sainte-Baume
Saint-Maximin-la-Sainte-Baume

Je résiste à la tentation de tourner à droite au Muy et de prendre le chemin direct vers la mer en direction de Saint-Tropez. Ce n'est qu'à Fréjus que la N7 touche pour la première fois la Méditerranée. Beaucoup de rêves se sont réalisés ici. La première destination d'un long et pénible voyage en voiture était atteinte. Et le tourisme de masse précoce a commencé ici. La promenade serpente le long de la ligne de rivage, de l'autre côté de la route, les hôtels se succèdent, les restaurants se succèdent.

Fréjus
Fréjus

En quittant Fréjus, je grimpe la Corniche d'Or, une route inaugurée en 1903 qui relie Saint-Raphaël le long de la côte d'un côté et la Corniche de l'Estérel de l'autre. Au bord des gorges, elle est surnommée "la plus belle route de France". L'extraordinaire se niche au détour de chaque virage et de falaises aux roches chauffées à blanc.

près de Fréjus

La Route Nationale 7 passe au milieu de Cannes et de Nice pour rejoindre Menton et fait un détour par Monaco. A Cannes, les flâneurs se promènent sur le boulevard de la Croisette, à Nice, les jeunes gens sur la Promenade des Anglais. Il faut imaginer le flot incessant d'estivants se précipitant sur l'asphalte bien trop étroit pour un tel trafic, le bruit des klaxons de voitures et les insultes d'automobilistes irrités, si près du but.

Sans les lunettes nostalgiques du "conducteur de N7", ces villes sont un ruban à peine interrompu de châteaux de béton. Depuis longtemps, la côte méditerranéenne française n'est plus une charmante idylle, un lieu de vie pour les nostalgiques ou les amoureux de la vie. La côte est couverte de blocs d'appartements qui ne servent qu'à l'investissement.

Cannes
Cannes
Nizza
Nizza

L'ancienne ville portuaire de Menton récompense les "pèlerins" venus de loin, qui arrivent ici après avoir parcouru près de 1000 kilomètres, par un décor de conte de fées. Le paysage urbain est presque italien. Mon but ultime est le port de Menton et la dernière photo souvenir avec la vieille ville en arrière-plan. La route elle-même traverse le centre-ville. Après le poste frontière de Corniaud, c'est l'Italie et la fin de mon voyage. Une grande satisfaction m'envahit.

Menton
Menton
Menton
Menton

À Menton, la nostalgie m'envahit. La fin de la N7, un voyage réussi. J'ai visité les étapes célèbres, parfois tristement célèbres, les stations-service, les aires de repos et les restaurants bon marché pour routiers "Les Routiers". Les goulets d'étranglement des traversées de villes, qui ont provoqué des embouteillages réguliers. Les montées et les descentes qui ont mis à mal les petites voitures.

Suis-je arrivé à destination ? Le chemin était le but, la nostalgie et la promesse. Et comme le chantait déjà Charles Trenet : "On est heureux Nationale sept".

© Guidesdevoyages.com
fr_FRFR